Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Comprendre la différence de perception de l’hybridation entre le monde occidental et le monde asiatique

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 21 Novembre 2015, 22:25pm

Catégories : #culture de la vitalité

Image d'un dragon chinois (source: perlbal.hi-pi)

Image d'un dragon chinois (source: perlbal.hi-pi)

Source : magazine Chine Plus, « santé, les secrets de la médecine chinoise »

 

Le naturaliste Pline L’Ancien employait le mot ibrida pour désigner le croisement d’un sanglier avec une truie. Ensuite, utilisé au sens figuré pour désigner les individus issus de sangs mêlés, l’orthographe du mot latin s’est modifié en hybrida, par rapprochement avec le mot grec hybris qui signifie désordre, démesure et qui, dans le droit grec, recouvrait différentes violations considérés comme un crime, une voie de fait, l’agression sexuelle ainsi que le vol de propriété publique ou sacrée. De là vient le sentiment diffus de rejet que provoque à notre époque l’idée d’hybridation, comme en témoigne l’encadrement législatif autour de la recherche médicale sur les cellules souches. La spécificité occidentale de ce point de vue apparaît nettement dès lors que l’on porte les yeux vers la culture chinoise où les hybrides foisonnent depuis des millénaires, insufflant même à la vie de tous les jours une sorte de jubilation roborative.

Le dragon chinois est l’animal le plus puissant résultant d’une hybridation :

  • Chameau (la tête)
  • Cerf (les cornes)
  • Démon (les yeux)
  • Buffle (les oreilles)
  • Serpent (la nuque)
  • Grenouille (le ventre)
  • Tigre (les pattes)
  • L’aigle (les serres)
  • Poisson (les écailles)

Ce n’est qu’en mélangeant constamment des créatures différentes que la nature perpétue la vie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents