Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Connaître l’action des saveurs sur le triple réchauffeur en médecine chinoise

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 8 Novembre 2015, 21:31pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo de citrons (source: framboizeinthekitchen)

Photo de citrons (source: framboizeinthekitchen)

Chaque saveur lorsqu’elle pénètre dans l’estomac agit spécifiquement sur le triple réchauffeur et les structures qui en dépendent. Les mouvements caractéristiques de chacune d’elles sont décrits au chapitre 63 du LING SHU.

 

- action de l’acide sur le triple réchauffeur:

« L’acide entre dans l’estomac, son souffle est astringent (Se) et collecteur (Shou), il monte vers les deux foyers, il lui est impossible d’entrer et de sortir. S’il ne sort pas, il reste donc dans l’estomac, il harmonise (He) et tiédit (Wen) le centre de l’estomac puis descend et pénètre dans la vessie. L’enveloppe de la vessie est mince et molle et l’acide la rétracte, il n’y a plus d’échange et la voie de l’eau ne circule plus, on ne peut uriner. Le Yin est la fin de rassemblement des muscles (tendons), donc lorsque l’acide rentre, il se rend aux muscles et aux tendons ».

 

L’acide dans son mouvement de rétraction et de rassemblement agit sur les foyers:

=> Moyen: il harmonise et tiédit l’estomac

=> Inférieur: interrompt les échanges au niveau de la vessie

L’acide pénètre au périnée par le trajet du méridien du foie et semble agir sur le songe jin ou muscle des ancêtres qui se déploie à partir du noyau fibreux du périnée entre les deux orifices inférieurs.

 

- action de l’amer sur le triple réchauffeur:

« L’amer se rend à l’estomac, l’ensemble des souffles des cinq céréales ne peut supporter ce qui est amer, lorsque l’amer pénètre dans la courbure inférieure (de l’estomac), alors les voies des trois foyers se ferment et ne peuvent circuler, on a envie de vomir. Les dents sont l’extrémité (supérieure) de l’estomac, or l’amer quand il entre se rend aux os, donc s’il entre et ressort on sait qu’il se rend (aussi) aux os (c’est à dire vers les dents, jonction énergétique entre Du Mai et Ren Mai, en relation avec les reins et les os).» L’amer possède donc une action inhibitrice sur les échanges des trois foyers ainsi qu’une action vomitive. En ce sens il s’oppose directement au fonctionnement du foyer moyen.

 

- action du doux sur le triple réchauffeur:

« Le doux entre dans l’estomac, son souffle est très faible et il ne peut monter jusqu’au foyer supérieur, il demeure au milieu de l’estomac avec les céréales, à ce moment il humidifie et assouplit l’être humain, lorsque l’estomac est assouplit il y a ralentissement et lors de ce ralentissement la flore parasitaire des voies digestives s’agite. Lors de cette agitation il y a dilatation du cœur. Son souffle communique vers l’extérieur jusqu’à la chair, donc se qui est doux se rend à la chair ».

Le doux dont le souffle est faible, se fixe sur le foyer moyen humidifiant (Run) et assouplissant (Rou), il favorise une dilatation avec fermentation dans les voies digestives avec répercussion sur le cœur par la voie reliant le foyer moyen au foyer supérieur.

 

- action du piquant sur le triple réchauffeur:

« Le piquant entre dans l’estomac, son souffle se rend au foyer supérieur, le foyer supérieur reçoit le souffle et nourrit tout ce qui est yang, le souffle des condiments et des légumes piquants l’enrichit.

Le souffle de Yong et de Wei (énergie nourricière de défense) les reçoivent sans interruption. Ils séjournent longtemps dans le cœur, c’est pourquoi le cœur est vide. Le piquant est le souffle circulent ensemble, c’est pourquoi lorsque le piquant entre il peut en même temps ressortir en même temps que la sueur ».

Le piquant a donc pour rôle de stimuler et d’accompagner le mouvement d’extériorisation par le foyer supérieur des énergies élaborées.

 

- action du salé sur le triple réchauffeur:

« le salé entre dans l’estomac, son souffle monte et se rend au foyer moyen, il pénètre dans les Mai (vaisseaux), dans ce cas le souffle du sang circule. Lorsque le sel et le sang se combinent mutuellement et se figent cela provoque la mise en mouvement des sucs de l’estomac. Au cours de cette perméabilisations, les sucs de l’estomac sont vite épuisés, lorsqu’ils sont épuisés les voies du gosier (pharynx) sont déshydratées, arides, la racine de la langue est sèche, on a très soif. Le sang et les vaisseaux sont la voie du réchauffeur moyen, donc lorsque le sel entre, il va au sang».

Le salé agit donc sur le foyer moyen, sur le sang et influe sur la sécrétion des liquides organiques en l’inhibant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents