Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Comprendre que notre longévité dépend essentiellement de 3 facteurs

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 20 Décembre 2015, 08:22am

Catégories : #culture de la vitalité

Photo d'une pousse de haricot (source: footage.framepool)

Photo d'une pousse de haricot (source: footage.framepool)

Source : extraits du livre « La bonne pratique des 5 tibétains » de Jean-Louis Abrassart

 

Les études scientifiques montrent que notre longévité dépend essentiellement de 3 facteurs :

  • L’exercice physique bien dosé
  • Une nourriture modérée mais riche en principes nutritifs
  • Une attitude mentale positive et investie

 

Notre manière de nous nourrir influence notre espérance de vie. Notre vitalité et notre longévité n’est pas seulement une affaire de calories, de protides, de glucides et de lipides, mais surtout de principes actifs nutritifs qui préservent et renforcent l’immunité du corps.

La compréhension du stress a permis d’établir qu’un grand nombre de désordres organiques et de douleurs ont une composante psychosomatique. La difficulté à gérer ses émotions, l’inhibition de l’expression de soi, des attitudes relationnelles conflictuelles contribuent à l’installation de la maladie et limitent les effets des traitements physiques. Dans les affections graves, la conviction du patient qu’il va se rétablir, sa confiance dans l’équipe médicale et le soutien de ses proches sont des éléments essentiels de la guérison. Le stress réduit la longévité, car il affecte les sécrétions hormonales et inhibe le système immunitaire.

Notre réactivité personnelle au stress et les somatisations qu’il entraîne sont dues à des pensées négatives et des peurs en relation avec notre expérience passée et avec notre éducation. Ces pensées sur nous-mêmes, sur les autres et sur la vie, souvent inconscientes, déterminent en grande partie nos émotions et nos réactions. En même temps qu’elle entraîne des comportements d’échec, toute pensée négative affecte notre corps et perturbe notre santé. Nos sociétés induisent une image dévalorisante de la vieillesse associée inéluctablement à la dégradation du corps et nous reprenons trop souvent ces a priori négatifs à notre compte. Vivre plus longtemps et en pleine forme n’est pas seulement une question physique, d’exercice et d’alimentation. C’est aussi le résultat de notre attitude de chaque jour face à la vie et de notre capacité à nous projeter positivement dans notre avenir, en particulier lorsque nous prenons de l’âge.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents