Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Comprendre que l’organisation du système de santé en France a entretenu la préférence pour la thérapeutique

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 28 Janvier 2016, 21:47pm

Catégories : #Histoire de la santé publique

Photo d'un médecin scolaire (source: nouvelobs)

Photo d'un médecin scolaire (source: nouvelobs)

 

Source : extraits du livre « démocratie sanitaire, les nouveaux défis de la politique de santé », de Didier Tabuteau

 

L’organisation du système de santé a entretenu cette préférence pour la thérapeutique. Le paiement à l’acte, qui régit la médecine de ville, laisse peu de place à la promotion de la santé et à la coordination des interventions des professionnels de santé comme au travail en équipe. Les services de santé collective se sont peu développés. Médecine scolaire, médecine du travail, services territoriaux de la PMI, ont souffert de leur cruel isolement dans un système de santé partagé entre la médecine de ville et la médecine hospitalière. La France n’est jamais parvenue à se doter d’une véritable culture de santé publique.

Pendant longtemps, cette lacune a paru secondaire dans la mesure où chacun se sentait toujours mieux protéger par un arsenal thérapeutique en expansion. Des préoccupations élémentaires d’hygiène ont même pu être négligées du fait de la confiance aveugle dans les vertus des traitements curatifs. Le lavage des mains et le respect des conditions d’asepsie, qui avaient pu paraître désuets avec la banalisation des antibiothérapies, ont dû être renforcés, depuis une vingtaine d’années, dans le cadre de la lutte contre les infections nosocomiales.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents