Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Définir le psychochaman

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 17 Janvier 2016, 14:22pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo d'un chaman (source: grands-reportages)

Photo d'un chaman (source: grands-reportages)

Source : extrait du livre « la danse de la réalité » de Alexandro Jodorowsky

 

Le psychochaman opère le corps immatériel. En n’imitant pas ce qu’il n’est pas et qui appartient à une autre culture, il emploie les éléments que lui offre son milieu, c’est-à-dire la ville. Un téléphone mobile, un aspirateur, une voiture ou des produits du supermarché sont tout aussi magiques qu’un serpent, un éventail de plumes ou un champignon. Le psychochaman ne s’habillera pas de vêtements exotiques ni de colliers ou autres ornements. Un costume de ville ordinaire, de préférence noir, pour sa neutralité, suffit. Il n’opère pas dans la pénombre, éclairé par une seule bougie. Et étant donné que l’acte est métaphorique, il ne maniera aucun couteau ; s’il est nécessaire de le symboliser, un règle en bois suffira. Jamais il n’opère en son nom propre, attitude qui correspond à celle du psychanalyste. Chaque sorcier est habité par des alliés mythiques. Un psychochaman peut choisir ses alliés dans sa propre mythologie familière et urbaine. Il opère au nom d’un chanteur célèbre ou d’une vedette de cinéma, d’un champion de boxe ou d’un politicien remarquable, d’un parent mort ou d’un personnage enfantin. Pour créer un lien magique, il suffit que le psychochaman passe la paume de ses mains sur le sol en dessinant un cercle invisible, puis qu’il indique par des gestes précis les quatre points cardinaux, le nadir et le zénith, et qu’il dise : là est le nord, là est le sud, là est l’est, là est l’ouest, là est le monde supérieur, là est le monde inférieur, nous, nous sommes au milieu. Ici arrivent et d’ici partent tous les chemins.

Ensuite, il place la personne debout et déchaussée, au milieu de ce cercle imaginaire, travaillant à le fortifier. Les sorciers frottent le corps avec un ou deux œufs, parfois trois, car ils considèrent qu’étant l’origine ils contiennent une grande force. Le psychochaman, pliant le pouce vers l’intérieur et l’enfermant avec les quatre autres doigts, obtient un poing, qui symbolise l’origine, le germe, attitude de la main qu’on peut voir sur le fœtus humain. Avec ce poing, il frotte la personne, lui donnant de l’énergie. Puis il le fait s’allonger sur le ventre ou sur le dos, sur une table, sur un lit ou sur le sol. Quelques uns peuvent être opérés assis ou debout. Avec la main ouverte et tendue, brandie comme un couteau, le psychochaman donne des coups dans l’air autour du patient, le coupant des influences hostiles.

Le psychochaman peut métaphoriquement extraire des tumeurs, couper des os, injecter de nouveaux membres, nettoyer le cœur de ses chagrins, changer les idées négatives d’un cerveau, purifier le sang, …

La voix du psychochaman ne doit à aucun moment être empreinte de doute ou de faiblesse. La certitude imitée doit être totale.

Tout comme le guérisseur primitif, il doit opérer en éludant non seulement les défenses du patient, mais également ses craintes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents