Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Connaître les définitions de base en épidémiologie descriptive

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 25 Mars 2016, 16:04pm

Photo d'une rue bondée (source: blogspot)

Photo d'une rue bondée (source: blogspot)

Source : extrait du livre « surveillance épidémiologique : principes, méthodes et applications en santé publique », de Pascal Astagneau et Thierry Ancelle

 

Population cible : population pour laquelle s’applique le projet descriptif. Souvent de grande taille, elle ne fait pas l’objet de la collecte de données exhaustives, mais c’est vers elle que seront extrapolées les conclusions du travail.

 

Population source : sous-ensemble de la population d’étude sur lequel est effectué le travail épidémiologique proprement dit et dont on connaît les caractéristiques démographiques. Ces données servent de base de référence pour y rapporter les données recueillies sur les cas. La population source doit être limitée selon la période d’étude (temps), selon l’espace (lieu) et selon les groupes humains étudiés (personnes). Dans le domaine de la surveillance exercée à un niveau national, la population source peut se confondre avec la population cible.

 

Echantillon : sélection d’un sous-ensemble de la population source, dont la taille est déterminée par l’expérimentateur. Cette taille est limitée d’un côté par les contraintes matérielles et de l’autre par la puissance statistique désirée. L’échantillon est sélectionné par des procédures de sondage dont le principe général est d’offrir a priori à tous les individus de la population source la même chance d’être choisis. A cette condition, l’échantillon est considéré comme représentatif de la population de laquelle il est issu.

 

Sondage aléatoire simple : c’est la méthode de référence. Elle fonctionne comme une loterie. Elle consiste à numéroter chaque sujet de la population source. Cette liste numérotée constitue la base de sondage. Après avoir fixé la taille n de l’échantillon, on tire au sort les numéros des individus qui constitueront l’échantillon. Si l’on appelle N la taille de la population, la probabilité a priori d’être tiré pour chaque individu est de n/N. Ce rapport est appelé fraction de sondage.

 

Sondage systématique : ce type de sondage est utilisé lorsque l’on dispose d’une base de grande taille ordonnée, mais non numérotée. On détermine un pas de sondage qui est le rapport entre la taille de la population N et la taille désirée de l’échantillon n. Le pas est donc égal à N/n. C’est l’inverse du taux de sondage. Après avoir tiré au sort un premier individu entre 1 et N/n, on tire ensuite tous les suivants de façon systématique en balayant la pile de pas en pas. A la fin de la pile, on aura tiré n individus.

 

Sondage à plusieurs degrés : lorsque la population est de très grande taille, il est souvent impossible de réaliser un sondage élémentaire ou systématique. On peut alors partager la population en unités primaires qui constituent la première base de sondage (par exemple, les départements d’un pays). On pratique un premier tirage sur cette liste d’unités primaires et un deuxième tirage des individus parmi les unités primaires qui ont été tirées. Il s’agit là d’un sondage à deux degrés. On peut réaliser des sondages à trois degrés en tirant dans les unités primaires des unités secondaires (par exemple, les communes) parmi lesquelles on procédera au tirage final des individus. On peut imaginer encore plus de degrés de sondage, mais les procédures de contrôle et d’analyse de la dispersion des valeurs (variance) deviennent complexes.

 

Sondage en grappes : utilisé dans les situations où il n’existe pas de base de sondage, il est une variante du sondage à plusieurs degrés.

 

Sondage stratifié : permet d’améliorer la précision des estimateurs. On procède en divisant la population en strates homogènes selon une caractéristique particulière liée aux variables étudiées (par exemple, en classes sociales pour étudier la fréquence de la tuberculose). On réduit ainsi la variance à l’intérieur de chaque strate. Le sondage à l’intérieur de chaque strate peut être soit élémentaire, soit systématique avec des pas de sondage différents. L’analyse statistique d’un tel échantillon est complexe.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents