Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Connaitre le régime et les aliments de longue vie

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 3 Avril 2016, 12:31pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo de l'Everest (source: buddhalandtreks)

Photo de l'Everest (source: buddhalandtreks)

Source : extraits du livre « La bonne pratique des 5 tibétains » de Jean-Louis Abrassart

 

L’île d’Okinawa a beaucoup intrigué les chercheurs. Ses habitants font preuve d’une longévité exceptionnelle : il y a Okinawa relativement au nombre d’habitants quatre fois plus de centenaires qu’en France, et les personnes âgées ont entre trois et quatre fois moins de risques de cancer et de maladies dégénératives qu’ailleurs dans le monde. Une étude menée par plusieurs chercheurs anthropologues et médecins a suivi plus de 600 centenaires pendant plusieurs années. Leur conclusion est sans appel : leur longévité est directement en relation avec un mode de vie simple et avec une alimentation riche en principes nutritifs mais pauvre en calories.

Tous les nutritionnistes s’accordent pour dire que nous avons une nourriture trop riche, en particulier si nous menons une vie sédentaire. Cette nourriture trop calorique nous alourdit, elle surcharge de travail nos organes digestifs et encrasse notre corps. Un Occidental consomme entre 2300 et 2500 calories par jour alors qu’un habitant d’Okinawa n’en ingère que 1800. Pourtant les chercheurs n’ont trouvé aucune carence nu malnutrition chez les centenaires d’Okinawa qui, de plus, témoignent tous manger à leur faim. Ils se nourrissent au contraire abondamment si l’on compare le poids des aliments qu’ils consomment avec un repas occidental. Leur alimentation est variée et hypocalorique, riche en vitamines et minéraux, leur permet de manger à satiété sans prendre de poids en réduisant le risque de maladies et en retardant le vieillissement. Le mystère a été résolu avec l’explication du rôle des radicaux libres.

Nos cellules sont de véritables centrales énergétiques qui transforment les constituants des aliments que nous absorbons pour produire l’énergie corporelle. Ce processus consomme énormément d’oxygène, mille milliards de molécules chaque jour. Une petite partie de cet oxygène, de 2 à 5%, n’est pas utilisée à la combustion cellulaire mais produit au contraire des radicaux libres qui attaquent nos cellules et affaiblissent notre immunité. En plus des autres facteurs environnementaux évoqués auparavant, il est possible de limiter la production de radicaux libres en choisissant des aliments :

  • Qui vont demander à vos cellules moins d’oxygène pour être transformés, d’où une moindre fabrication de radicaux libres ;
  • Qui sont riches en antioxydants, les substances qui neutralisent les radicaux libres consécutifs à la combustion cellulaire.

Des analyses de sang des centenaires d’Okinawa montrent que la quantité de radicaux libres dans leur sang est inférieure de moitié à la normale, d’où leur espérance de vie exceptionnelle.

 

Quelques principes

1/ Les aliments complets qi conservent tous leurs principes nutritifs sont préférables aux aliments raffinés riches en calories. A titre d’exemple, de la farine blanche de blé est six fois plus riche en calories que le grain de blé dont elle provient tout en ayant perdu une grande partie de ses nutriments essentiels.

2/ La digestion des aliments riches en sucres rapides, en graisses saturées et en farines, en particulier les pâtisseries, demande beaucoup d’énergie aux cellules avec un faible apport nutritif. La production de radicaux libres augmente avec le taux de sucre dans le sang. Ils sont donc à éviter.

3/ Il en est de même de la viande, surtout la viande rouge et la charcuterie, et des produits laitiers gras comme les fromages, à haut pouvoir calorique que vous remplacerez avantageusement par le poisson.

4/ Un apport suffisant en vitamines A, C, E favorise la production des antioxydants dont votre corps a besoin. C’est essentiellement dans les fruits et dans les légumes que vous les trouverez. Cuisinez les à la vapeur, à l’étouffé ou encore en papillote pour conserver leur valeur nutritive.

5/ Chaque aliment est digéré de manière spécifique et leur assimilation consomme d’autant plus d’énergie que vous les mélangez sans tenir compte de leurs propriétés. C’est le principe des combinaisons alimentaires que vous pouvez introduire dans la composition de vos repas sans vous priver.

Voici quelques associations fondamentales à éviter pour mieux assimiler votre nourriture :

  • Ne pas consommer les protéines (viandes, œuf, fromage) avec les amidons (pomme de terre, potiron, châtaignes…) et les farineux (riz, pâtes, pain, maîs…)
  • Ne pas mélanger les protéines, les amidons ou les farineux avec les fruits (sucres et acides)
  • Ne prendre qu’une sorte de protéine (viande, œuf, fromage, poisson) par repas
  • Si vous prenez du lait ou des melons, mangez-les à part.

Vous pouvez consommer des légumes avec chacune des autres catégories d’aliments et manger les fruits crus en dehors des repas ou au moins une demi-heure avant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents