Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Définir la composition des poussières dans l’habitat

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 5 Avril 2016, 10:28am

Catégories : #risques sanitaires

Photo de poussières (source: astronoo)

Photo de poussières (source: astronoo)

Source : extraits du livre « le guide de l’habitat sain », de Suzanne et Pierre DEOUX, éditions Medieco

 

La présence de poussières dans un logement est un phénomène banal, inévitable, qui se produit en permanence. L’entretien et le ménage de l’habitat tentent sans cesse de réduire la quantité de poussière déposée sur les surfaces et les objets.

Les poussières sont des mélanges de matières diverses réduites à l’état de fines particules. Compte tenu de leur petite taille, elles restent longtemps en suspension dans l’air et peuvent être inhalées. Leurs effets sur la santé dépendent de leur composition, de leur taille, de la sensibilité individuelle, plus nette chez les personnes allergiques, les nourrissons et les jeunes enfants.

 

Composition

Dans les bâtiments, la composition des poussières est extrêmement variable. Elle dépend de l’environnement extérieur, des activités qui se déroulent dans les pièces, de la présence humaine.

L’air extérieur introduit, tout d’abord, dans les logements des poussières d’origine naturelle, soit des particules fines de terre desséchée : c’est la poussière dite naturelle ; soit d’autres matières pulvérulentes parmi lesquelles, les plus répandues sont les pollens. Ensuite de nombreuses particules proviennent des sources de combustion : fumées industrielles, automobiles…

A l’intérieur, les poussières contiennent une grande diversité de contaminants ayant chacun une nocivité potentielle spécifique : les particules libérées par la combustion du tabac, du chauffage, les fibres naturelles et artificielles, minérales et organiques. Quant à ce qui est appelé la « poussière de maison », c’est un mélange de débris d’origine végétale et animale, de corps d’insectes, d’acariens, de squames humains, de poils d’animaux, de spores de moisissures, de bactéries… dont une grande partie sont des particules allergéniques.

 

Leur taille

Les plus grosses particules, d’environ 10 micromètres, sont surtout à l’origine d’irritations et également de réactions inflammatoires, infectieuses et allergiques au niveau de la peau, mais aussi, des voies respiratoires supérieures (nez, gorge) et des yeux.

Les particules de très petite taille, moins de 5 micromètres et surtout inférieures à 3 micromètres, peuvent pénétrer très profondément dans les poumons et atteindre l’alvéole pulmonaire. Elles sont mises en cause dans certaines affections respiratoires allergiques, infectieuses car les particules véhiculent des bactéries et des virus. Mais les particules peuvent également fixer à leur surface des substances cancérogènes.

Les allergènes d’acariens sont portés principalement par de grosses particules de diamètre supérieur à 10 micromètres. Ils ne sont mis en suspension dans l’air qu’au cours de fortes perturbations. A l’opposé, l’allergène du chat est surtout associé à de très fines particules de diamètre inférieur à 2,5 micromètres qui restent longtemps en suspension dans l’air.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents