Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Connaître les sources d’exposition aux champs électromagnétiques

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 24 Mai 2016, 16:10pm

Catégories : #risques sanitaires

Photo d'une tablette (source: norwegian)

Photo d'une tablette (source: norwegian)

Source : extraits du texte «Champs électromagnétiques, quelles sont les sources d’exposition? », de Anne-sophie Villégier et René de Seze, issu du livre « Le praticien et l’environnement »,  un ouvrage collectif sous la direction de William DAB

 

Les champs électromagnétiques sont omniprésents dans notre environnement. Certains sont d’origine naturelle comme dans les champs atmosphériques et terrestres, mais, depuis le développement des micro-ondes dans les années 1950 et la progression de nouvelles technologies, les champs électromagnétiques proviennent principalement des activités humaines.

Nous sommes tous soumis en permanence à des champs électromagnétiques statiques d’origine naturelle, de l’ordre de quelques dizaines de microteslas (µT) pour le champ magnétique et d’une centaine de volts par mètre (V/m) par beau temps pour le champ électrique. Au sein des foyers, les personnes sont exposées aux champs électromagnétiques émis par les appareils de technologie actuelle utilisant l’électricité. Il s’agit des écrans de télévision, des lampes et appareils électroménagers, qui émettent des champs électromagnétiques d’extrêmement basses fréquences, principalement à 50 Hz (champs de quelques nT à quelques µT et de quelques V/m à quelques centaines de V/m).

Les champs électromagnétiques dans la gamme des radiofréquences sont également utilisés pour leurs propriétés thermiques. Les fours à induction, le chauffage thermique diélectrique et à induction, fonctionnent à des fréquences de 1Khz à 3 Mhz, les fours à micro-ondes à plus haute fréquence (2,15 Ghz – émissions à des puissances de 150 à 1000 watts [W]).

L’un des développements majeurs de la technologie est l’utilisation des Champs électromagnétiques dans le transfert d’informations. C’est le cas de la téléphonie mobile, du Wi-Fi et du blue-tooth. Dans la téléphonie mobile, les champs utilisés sont le GSM 900 et 1800 Mhz (puissances d’émission limitées entre 10 MW et 250 MW en fonction de la distance par rapport à l’antenne et champs de 5 à 30 V/m selon la qualité de la communication). Le Wi-Fi présente une puissance d’émission de l’ordre de 100 mW à une fréquence de 2,45 Ghz. Dans le cas de ces appareils, les utilisateurs sont en mesure de contrôler leur exposition, qui est en lien direct avec leur consommation. L’usage de ces équipements se faisant à proximité du corps humain, il en résulte une absorption de puissance relativement élevée dans l’organisme (débit d’absorption spécifique : DAS = 0,5 – 1 W/kg).

Un autre type d’exposition provient des antennes relais de téléphonie mobile, des antennes de radiodiffusion et de télévision. Ces sources émettent à des fréquences entre 10 Khz et 3 Ghz. L’émission de ces sources est le plus souvent ininterrompue et indépendante du choix de vie des personnes. Principalement pour ces raisons, mais aussi parce que la puissance d’émission d’une station de base dépasse celle d’un mobile, ce type d’exposition suscite le plus d’inquiétudes. Cependant, il est important de considérer que, compte tenu de la distance entre l’utilisateur et ces équipements, la puissance absorbée par l’organisme est de l’ordre de 1000 à 10 000 fois moindre que lors d’une conversation avec un téléphone portable.

L’exposition la plus fréquente dans la population générale est liée aux champs électromagnétiques utilisés lors d’examens d’imagerie médicale par résonance magnétique (IRM) : champs statiques, densité du flux magnétique de l’ordre de 1,15 à 2 T et 7 T pour les plus récents en recherche médicale.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents