Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Savoir comment méditer sur l’altruisme

Publié par Michael NGUYEN HUU sur 26 Juin 2016, 12:37pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo de l'Himalaya (source: wikimedia)

Photo de l'Himalaya (source: wikimedia)

Extraits du livre « l’art de la méditation » de Matthieu RICARD

 

Il faut d’abord prendre conscience qu’au plus profond de soi on redoute la souffrance et on aspire au bonheur. Une fois reconnue cette aspiration, il faut ensuite prendre conscience du fait que tous les êtres la partagent. Et que le droit de ne pas souffrir, si souvent bafoué, est sans doute le plus fondamental chez les êtres vivants. Enfin, il faut réaliser qu’un remède existe à cette souffrance. Il est possible d’éprouver de façon plus positive les douleurs physiques – auxquelles nous sommes tous inexorablement confrontés -, de sorte qu’elles engendrent moins de souffrances morales. Ces dernières, quant à elles, peuvent être graduellement éliminées.

Malheureusement, lorsqu’il s’agit de choisir les moyens de fonder le bonheur et de prévenir la souffrance, nous sommes souvent très maladroits, quand nous ne nous fourvoyons pas totalement. Certains sombrent dans les plus profondes aberrations et recherchent aveuglément leur bonheur au prix de la souffrance des autres. Il serait absurde de souhaiter à un dictateur sanguinaire de réussir dans ses funestes entreprises au nom d’un altruisme mal compris. En revanche, nous pouvons certainement aspirer à ce qu’il se libère de la haine qui l’incite à nuire aux autres et à faire accessoirement son propre malheur. Il s’agit là d’un altruisme bien compris, car cette dernière aspiration vise réellement le bien de tous les êtres. De façon générale, désirons sans réserve que chacun des êtres sensibles soit délivré des causes de la souffrance. Dans ce but, les textes bouddhistes conseillent de cultiver quatre pensées ou attitudes particulières, et de les accroître sans limites. Il s’agit de l’amour altruiste, de la compassion, de la joie devant le bonheur d’autrui et de l’impartialité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents