Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Comprendre les risques sanitaires liés aux métaux

Publié par Risque Sanitaire France sur 29 Juillet 2016, 13:14pm

Catégories : #risques sanitaires

Photo de tiges de métal (source: rocourt-metaux)

Photo de tiges de métal (source: rocourt-metaux)

Source : extraits du livre : « Quels risques pour notre santé ? », de Denis Zmirou

 

Les métaux ne se dégradent pas et donc perdurent dans l’environnement. Ils ont en revanche l’aptitude de s’&associer avec d’autres composés chimiques pour former toutes sortes de molécules dont les propriétés, physico-chimiques et toxiques, sont très diverses. Les métaux ont la même caractéristique que le plomb : on les trouve autant à l’état solide que gazeux. Ainsi, un même métal peut être mesuré selon sa forme chimique, soit à l’état gazeux soit à l’état solide, associé à des particules.

Ce n’est donc pas la quantité de métal présent dans l’environnement qui est importante mais la forme sous lequel on le retrouve, conditionnée par les caractéristiques du milieu, telles que l’acidité et la présence de matière organique. Le zinc solide est beaucoup moins nocif que la molécule de zinc à l’état gazeux que l’on peut inhaler. La forme chimique du métal gouverne étroitement sa capacité à traverser les barrières biologiques et à s’accumuler dans tous les organismes vivants végétaux ou animaux avec, en bout de chaîne, l’homme.

Tous les métaux ne sont pas nocifs. Certains d’entre eux sont indispensables à la bonne marche de notre corps, à faible dose. Zinc, Sélénium, Manganèse jouent aussi le rôle d’oligo-éléments… Les mêmes, à fortes doses, sont dangereux. D’autres métaux sont cependant complètement indésirables tels le cadmium, le mercure, l’arsenic et le plomb. Mais, constituants naturels de la croûte terrestre, ils ne sont jamais totalement absents.

Les effets nocifs connus résultent essentiellement d’observations en milieu du travail, plus facile à étudier. Mais certains désastres écologiques ont montré l’importance de l’environnement dans la contamination de l’homme, notamment à travers la concentration des métaux le long de la chaîne alimentaire. Cependant, les concentrations mesurées dans ces situations paroxystiques sont sans aucune mesure avec celles que la population de nos villes connaît actuellement.

Les métaux pénètrent dans notre organisme principalement par inhalation ou ingestion. Les niveaux d’exposition par voie respiratoire sont cependant mal connus, alors que les apports alimentaires sont beaucoup plus documentés. Le passage cutané est faible, voire inexistant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents