Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Comprendre les risques sanitaires liés aux infrasons

Publié par Risque Sanitaire France sur 22 Août 2016, 12:56pm

Catégories : #risques sanitaires

Photos d'éoliennes offshore (source: sciencejunior)

Photos d'éoliennes offshore (source: sciencejunior)

Source : extraits du texte « infrason », de wikipedia

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Infrason

 

Nature des infrasons

Les infrasons sont des ondes sonores se situant en-dessous de la limite d'audition humaine. C'est la limite de 16 à 20 hertz (Hz) d'origine physiologique qui a été admise comme la fréquence supérieure des infrasons. La gamme des infrasons s'étend donc de 0 à 16-20 Hz.

Si nous n'entendons pas les sons en dessous de 20 Hz, nous pouvons partiellement les ressentir avec notre corps, en particulier avec notre cage thoracique. La première moitié de la première octave perçue par l'humain, (20 - 40 Hz) ou (16-32 Hz) est à la frontière entre l'infrason et le sous-grave, elle produit une impression, à la fois auditive et physique, qui donne cette sensation de « présence » et de « poids ».

 

Infrasons dans la nature

Les infrasons jouent un rôle dans la communication chez certains mammifères tels que les éléphants, les girafes ou les baleines. Les cétacés produisent des émissions sonores dans une très large bande de fréquence, entre 10 Hertz et 150 kHz environ, donc au moyen de sons qui ne sont tous audibles par l'homme. Les tremblements de terre, éruptions volcaniques, tonnerre et d'autres phénomènes naturels produisent des infrasons à un niveau parfois extrêmement élevé. Les baleines seraient aussi capables de sentir les infrasons des tremblements de terre sous-marins et tsunamis

 

Effets sur la santé

Le sous-grave et l'infra-grave ont la capacité de traverser les obstacles plus facilement que les hautes fréquences, qui elles, sont vulnérables aux réflexions. Ce qui se traduit souvent par une très longue portée de l'énergie acoustique.

À forte puissance, les infrasons peuvent avoir des effets destructeurs, tant mécaniques que physiologiques. Des essais d'utilisation ont été faits pendant la seconde guerre mondiale par l'armée allemande.

À plus faible puissance, ils constituent une gêne physiologique importante pour les animaux et les humains pouvant produire, lors d'une exposition prolongée, un inconfort, une fatigue, voire des troubles nerveux ou psychologiques.

La nocivité des infrasons a été découverte par le docteur Gavreau du Laboratoire d’électro-acoustique de Marseille. Fin 1963, il observe que les chercheurs de son équipe sont sujets à des nausées et des maux de tête violents et inexplicables. Puis ils découvrent qu’un ventilateur est la cause de leurs problèmes : la machine en tournant émettait un son à une fréquence de 7 Hz qui, amplifié par le conduit d’aération où elle était encastrée, devenait insupportable bien qu’inaudible.

Un documentaire télévisé de 2013 montre l'effet sur l'homme des infrasons produits par un tigre au moment où il attaque une proie et qui la paralyse. Les personnes ayant participé à l'expérience ont ressenti une peur panique irrépressible bien qu'elles n'aient entendu aucun son. Ce documentaire explique aussi que des lieux réputés "hantés" par des esprits sont en fait des endroits baignés par les infrasons à cause de conduits d'aération amplifiant ces sons inaudibles. D'anciens bureaux désaffectés ont servi de 3e exemple pour montrer l'effet des infrasons sur l'homme: le taux de suicide des salariés travaillant à cet endroit était anormalement élevé, car le personnel était sujet à la dépression, à des nausées et maux de tête. Il s'est avéré que la cause était imputable aux infrasons, qui étaient produits par le système de ventilation d'un tunnel autoroutier proche.

 

Sources d’émission d’infrasons

Les machines tournantes sont connues pour leur émission infrasonore : climatiseurs, éoliennes, ventilateurs, pompes, compresseurs, machines à sécher, machines à air conditionné, broyeurs, centrifugeuses à béton, etc. produisent couramment des niveaux élevés d’infrasons. À faible niveau, autour du seuil d’audition, des réactions de fatigue, de dépression, de stress, d’irritation, d’asthénie, de mal de tête, de troubles de la vigilance ou de l’équilibre et des nausées (« mal de mer ») ont été décrits. Ces réactions peuvent être dues à la mise en vibration de certains organes digestifs, cardio-vasculaires, respiratoires ou des globes oculaires.

 

Conseils

À forte puissance les infrasons traversent tout et sont perceptibles à une très grande distance de leur source (par temps de brouillard ou de grand vent leur puissance redouble), ils engendrent alors des douleurs d'oreilles insupportables. Plaquer alors les mains sur les oreilles ne change strictement rien. Elles sont totalement « transparentes » aux infrasons, mais il suffit que d'autres fréquences atteignent les tympans (si d'une intensité en rapport avec celle des infrasons) pour bloquer la résonance : écouter la télévision ou la radio permet par exemple de reprendre un travail cérébral en ambiance ultrasonique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents