Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Connaître la correspondance microcosme-macrocosme

Publié par Risque Sanitaire France sur 23 Août 2016, 10:26am

Catégories : #culture de la vitalité

Photo d'une galaxie (source: hitek)

Photo d'une galaxie (source: hitek)

Source : extraits du site Wikipédia

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paracelse

 

L'idée de la correspondance entre le microcosme et le macrocosme a constitué dans les civilisations de la Méditerranée orientale et de l'Inde, l'une des grandes représentations de l'être humain face au cosmos. Elle a perduré dans les écoles de pensées de l'Antiquité gréco-égyptienne et via Plotin, elle a abouti à Rome, puis à Florence avec Marsile Ficin, à l'époque de la Renaissance. En Chine aussi, durant la période des Zhou (-1045, -256), s'est mis en place un système conceptuel de Correspondance systématique basé sur les Cinq phases (bois, feu, terre, métal, eau) et la doctrine du Yinyang, reliant un très grand nombre de notions, situées sur des niveaux différents.

Paracelse met à l'honneur la notion de sympathie universelle que tous les hermétismes ont emprunté à la physique stoïcienne. Le semblable s'unit au semblable, suivant un antique adage. Les semblables s'attirent mutuellement entre le macrocosme et le microcosme. Le semblable guérit le semblable.

Pour Paracelse, l'homme est un abrégé de la création. Le dernier jour de la création, Dieu dit « Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance » (Genèse 1:26). Suivant l'interprétation de Paracelse, l'homme, selon la nature, est à l'image du macrocosme. On retrouve dans l'homme, la terre, figurée par son corps visible fait de chair et de sang, le ciel (l'astrum), qui est sa partie sidérale et au troisième degré, l'Esprit Saint qui engendre le corps glorieux, fait de la chair et du sang du Christ. Les planètes sont les organes du corps humain: la lune est le cerveau, le soleil le cœur, etc. L'homme, microcosme, est le fils du macrocosme; suivant sa première naissance, l'homme est la créature du Père et selon une seconde naissance, il est l'enfant du Christ. L'homme dans ses trois niveaux (physique, sidéral et glorieux de l'âme) correspond aux trois mondes de l'univers (terrestre, céleste et le monde supraterrestre des anges, le royaume de Dieu).

Pour Paracelse, l'homme en tant que microcosme, vit et subit l'univers en lui-même, il est cet univers, les caractères propres de l'univers sont en lui (1/I, 2642). Toutefois il est associé à une historicité particulière et forme donc un monde en soi. L'unité du monde se fait par une référence à Dieu qui rassemble les microcosmes pour former le grand tout du macrocosme.

D'une manière assez semblable à la Kabbale, l'homme est associé à la totalité du cosmos. « Car l'homme s'apprend à partir du grand univers, et non à partir de l'homme » (1/IX, 45), c'est-à-dire le monde ne peut être conçu ni compris sans l'homme, ni l'homme sans le monde.

En fait ces correspondances sont élargies à l'univers entiers, car « Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » suivant l'ancienne doctrine de la Table d'émeraude. Pour Paracelse, les forces et éléments que nous trouvons à un degré inférieur, nous les trouvons aussi au degré supérieur, et inversement. Ce qui est eau sur terre est aquaster dans la région supérieure. L'aquaster, c'est l'essence de l'eau, ce qui correspond à l'eau sur le plan astral, la puissance dynamique qui la fonde et la crée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents