Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Connaître la musicothérapie

Publié par Risque Sanitaire France sur 26 Novembre 2016, 13:56pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo d'un saxophoniste (source: http://www.ville-chevilly-larue.fr/var/ptic/storage/images/vie-citoyenne/vie-associative/calendrier-de-la-vie-associative/quintet-du-saxophoniste-philippe-pilon/284445-1-fre-FR/Quintet-du-saxophoniste-Philippe-Pilon.jpg)

Photo d'un saxophoniste (source: http://www.ville-chevilly-larue.fr/var/ptic/storage/images/vie-citoyenne/vie-associative/calendrier-de-la-vie-associative/quintet-du-saxophoniste-philippe-pilon/284445-1-fre-FR/Quintet-du-saxophoniste-Philippe-Pilon.jpg)

Source : wikipedia

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Musicoth%C3%A9rapie

 

La musicothérapie est une thérapie qui cherche à utiliser les propriétés supposées de la musique et du sonore comme support afin de rétablir, maintenir ou améliorer les capacités sociales, mentales et physiques d'une personne.

La musicothérapie, entre dans le champ des thérapies à médiation musicale et diffère des techniques dites « psychomusicales » qui touchent plutôt le domaine de la relaxation.

La musicothérapie active est axée sur des productions sonores au moyen de la voix, les percussions ou autres. Le sujet devient créateur et s'exprime à travers la musique et les sons. Cette pratique découle généralement de pédagogies actives (inspirées de celles du Orff-Schulwerk de Carl Orff, Edgar Willems ou Émile Jaques-Dalcroze). La technique de Tomatis, de ses élèves et des dissidents qui s'en sont séparés, comporte elle aussi une phase active pendant laquelle le sujet chante, répète certains phonèmes ou lit à haute voix dans le système d'amplification et de filtrage dynamique connu sous le nom d'oreille électronique.

Concrètement, il s'agit essentiellement d'un travail sur la communication non verbale. Le principe est l'ouverture de canaux de communication avec des personnes en rupture de communication (voir travail de Guy Rosolato, qui s'inspire du travail de Palo Alto et travail de Benenzon R). En France ces travaux ont été repris et traduits par Gérard Ducourneau.

D'autres initiatives, parmi lesquelles celle que promeut la Mutualité française pour dynamiser et « déverrouiller » les patients atteints de maladie de Parkinson, utilisent des exercices en groupe circulaire de chants connus et aimés par les patients, sous la direction d'un chanteur professionnel. Des moments de musicothérapie réceptive à base de chants lyriques sont également utilisés. Le tout étant encadré par une équipe médicale et une orthophoniste.

Philippe Barraqué, ethnomusicologue à l'Université Paris-VIII et musicothérapeute a conçu de son côté deux méthodes de thérapie vocale (La Voix qui guérit) et de chant harmonique thérapeutique (méthode harmonicothérapie).

La musicothérapie réceptive est fondée sur l'écoute d'extraits musicaux ou de sons (sonothérapie). Le programme sonore est établi après un entretien et un test de réceptivité musicale comme celui du docteur Jacqueline Verdeau-Pailles. Selon la technique établie par Jacques Jost et Edith Lecourt, une séance de musicothérapie réceptive associe trois fragments d'œuvres musicales dont l'audition successive constitue trois étapes thérapeutiques : apaisement, détente, relaxation. La méthode développée par Jean-Marie Guiraud-Caladou ('bande en U') nommée détente psychomusicale propose elle aussi trois phases ; successivement l'apaisement, la détente puis la redynamisation. Elle se base sur les principes de l'hypnose en remplaçant les suggestions verbales par des inductions musicales. Stéphane Guétin, musicothérapeute et docteur en Psychologie Clinique, en partenariat avec le CHRU de Montpellier (Inserm U1061) et le service de neurologie dirigé par le ProfesseurJacques Touchon ont mené les travaux qui ont permis de standardiser la technique de la "bande en U" et d'évaluer son impact sur la douleur et la maladie d'Alzheimer en mettant en place les premières études contrôlées randomisées en France sur le sujet.

La pratique tomatisienne table plutôt sur l'audition de sons filtrés de manière variable selon leurs propres caractéristiques grâce à divers appareils qui reprennent tous l'idée de filtrages (ou d'adjonction sonores) dépendant de l'amplitude (oreille électronique, sémiophone, lexiphone, appareil de Bérard, variophone, akousmatix, etc.).

La biomusicothérapie, méthode élaborée par le docteur Léon Bence en collaboration avec le compositeur Max Méreaux, est fondée essentiellement sur l'action du son à un niveau organique. C'est une musicothérapie réceptive extrêmement personnalisée : les extraits d'œuvres sont déterminés en fonction de deux critères fondamentaux :

  • le choix de la tonalité et du mode qui permettront d'entendre plus fréquemment les sons recommandés dans le cas considéré ;
  • le choix du compositeur correspondant le mieux à la typologie de l'auditeur.

La question surgit par période : la musicothérapie aide-t-elle la personne ? Et si oui en quoi ?

  • en raison des caractéristiques de l'œuvre utilisée ou des caractéristiques sonores de cette œuvre (au niveau rythme, mélodie, harmonie)
  • ou bien, la musique se limite-t-elle à être le vecteur et/ou le prétexte de la communication verbale ou non entre thérapeute et sujet ?

De là, deux courants principaux théoriques, l'un plus proche de la psychosonique, l'autre mieux compris dans l'esprit de l'art-thérapie.

Nous pouvons rajouter un troisième courant (en réponse à la première question ) qui donne une définition autre de la musicothérapie : elle permet l'ouverture de « canaux de communication » à travers des moyens corporo-sonoro-musicaux. Cette conception ne laisse que peu de place à l'utilisation de la musique à des fins thérapeutiques liées à un prétendu pouvoir intrinsèque de la musique. Elle est basée sur la conception d'un sujet en relation avec son environnement, le but étant d'améliorer la qualité du contact avec cet environnement.

Une étude du Dr Jacob Jolij, de l'Université de Groningue aux Pays-Bas, a permis d'établir une équation expliquant l'effet de certains morceaux de musique sur la personne. Il base son raisonnement sur trois critères pour permettre des effets positifs sur le bien-être des personnes: le tempo, qui doit être de 150 battements par minute (BPM), des paroles positives (L) et l'utilisation de notes en gamme majeure (K).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents