Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Connaître la part que doit faire l’homme pour faire évoluer notre société, selon Pierre Rabhi

Publié par Risque Sanitaire France sur 20 Janvier 2017, 21:35pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo d'un colibri (source: http://www.lycee-lavoisier.com/wp-content/uploads/2015/12/colibri.jpg)

Photo d'un colibri (source: http://www.lycee-lavoisier.com/wp-content/uploads/2015/12/colibri.jpg)

Extraits du livre « La part du colibri » de Pierre Rabhi

 

La terre, être silencieux dont nous sommes l’une des expressions vivantes, recèle les valeurs permanentes faites de ce qui nous manque le plus : la cadence juste, la saveur des cycles et de la patience, l’espoir qui se renouvelle toujours car les puissances de vie sont infinies. Il nous faudra sans doute, pour changer jusqu’au tréfonds de nos consciences, laisser nos arrogances et apprendre avec simplicité les sentiments et les gestes qui nous relient aux évidences. Retrouver un peu du sentiment de ces êtres premiers pour qui la création, les créatures et la terre étaient avant tout sacrées…

La structure pyramidale repose sur la capacité de chaque individu à servir, par ses acquis, l’idéologie de la productivité quasi illimitée, à répondre à des nécessités de plus en plus superflues qu’elle invente, justifie et propage indéfiniment. Elle implique surtout la création de « besoins » sur les seules bases marchandes pour un profit illimité ; elle stimule la société de consommation dans une ambiance artificielle de pénurie et de manque au cœur de l’abondance.

La première chose dont il faut prendre conscience, c’est que les critères liés à la nature sont indispensables. C’est la nature avant tout qui doit nous inspirer car elle est la seule garante véritable de notre pérennité. Sans elle, aucun projet n’est assuré d’un lendemain. Nous pouvons vérifier quotidiennement la fragilité, la vulnérabilité et les nuisances sociales, écologiques et économiques générées par l’ordre que nous avons établi non seulement en l’ignorant, mais plus encore en agissant contre elle.

On ne dira jamais assez combien l’option agricole moderne a influencé et modelé les structures sociales majeures. Son caractères concentrationnaire est à lui seul un des fondements du paradigme en vigueur. Et nous voici à présent dans un déséquilibre avec un rural en déclin et un urbain qui régurgite et ne garantit plus comme il l’a fait auparavant la survie des citoyens en leur offrant travail, salaire et ce qui en découle.

Les facteurs de risque des maladies viennent en grande partie de la société et de son organisation dans laquelle nous vivons.

Notre conscience de notre finitude nous expose à la peur que nous pensons exorciser par la capture, l’accumulation, le pouvoir et le gain.

Tuer pour se nourrir mais pas pour s’enrichir.

L’homme est rongé par la vanité de croire qu’il peut tout dominer, y compris le destin, Dieu ou la nature.

L’indignation n’a d’utilité que si elle s’inscrit dans un dessein, un sens, une vision. Elle peut alors devenir insurrection.

La réalité absolue de la vie, ce sont les deux puissances, masculine et féminine, qui sont interdépendantes.

Si travailler consiste à répondre à nos besoins, nous sommes aujourd’hui dans un formidable excès. Si l’objectif est d’accumuler et de s’enrichir toujours plus, alors il n’y a pas de limites. Le travail devient alors asservissement.

 

Poème

Des songes heureux pour ensemencer les siècles…

Sachez que la Création ne nous

Appartient pas,

Mais que nous sommes ses enfants.

 

Gardez-vous de toute arrogance car les

Arbres et toutes les créatures

Sont également enfants de la création.

 

Vivez avec légèreté sans jamais outrager

L’eau, le souffle ou la lumière.

 

Et si vous prélevez de la vie pour votre

Vie, ayez de la gratitude.

 

Lorsque vous immolez un animal,

Sachez que c’est la vie qui se donne à la vie

Et que rien ne soit dilapidé de ce don.

 

Sachez établir la mesure de toute chose.

Ne faites point de bruit inutile,

Ne tuez pas sans nécessité ou par

Divertissement.

 

Sachez que les arbres et le vent se

Délectent de la mélodie qu’ensemble

Ils enfantent,

Et l’oiseau, porté par le souffle, est un

Messager

Du ciel autant que de la terre.

 

Soyez très éveillés lorsque le soleil

Illumine vos sentiers et lorsque la nuit

Vous rassemble, ayez confiance en

Elle, car si vous n’avez ni haine ni

Ennemi, elle vous conduira sans

Dommage, sur ses pirogues de silence,

Jusqu’aux rives de l’aurore.

 

Que le temps et l’âge ne vous accablent

Pas, car ils vous préparent à d’autres

Naissances, et dans vos jours

Amoindris, si votre vie fur juste,

Il naîtra de nouveaux songes heureux,

Pour ensemencer les siècles.

Pierre Rabhi

Extrait du Recours à la terre, Terre du ciel, 1995

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents