Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Connaître l’approche par écosystème

Publié par Risque Sanitaire France sur 23 Février 2017, 21:57pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo d'une forêt de séquoia (source: http://i.f1g.fr/media/ext/805x453/www.lefigaro.fr/medias/2014/08/01/PHO45950dbc-170e-11e4-bcd8-fb5823bef097-805x453.jpg)

Photo d'une forêt de séquoia (source: http://i.f1g.fr/media/ext/805x453/www.lefigaro.fr/medias/2014/08/01/PHO45950dbc-170e-11e4-bcd8-fb5823bef097-805x453.jpg)

Source : wikipedia

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Approche_%C3%A9cosyst%C3%A9mique

 

L'approche écosystémique ou approche par écosystème est une méthode de gestion où les terres, l'eau et les ressources vivantes sont intégrées pour favoriser la conservation et l'utilisation durable et soutenable des ressources naturelles, afin de respecter les interactions dans les écosystèmes dont l'être humain dépend. En résumé, toutes les parties d'un écosystème sont liées, il faut donc tenir compte de chacune d'entre elles.

À Nagoya en octobre 2010, lors de la Conférence des nations unies sur la diversité biologique réunie en Sommet mondial (réunion qui était aussi la dixième Convention sur la diversité biologique des Nations unies), une « approche écosystémique coordonnée » a été présentée et promue comme un outil transversal et nécessaire. Ceci a été fait au travers d'expositions, conférences, ateliers de travail : sur le rôle des aires protégées, les communautés autochtones et locales, l'eau, l'économie des services écosystémiques et de la biodiversité, les changements climatiques, la perte de la biodiversité, la désertification et l'érosion et la dégradation des terres, ainsi que le financement des moyens d'action.

Lors de la 5e rencontre des Parties de la Convention sur la diversité biologique (CDB), en 2000, 12 principes de gestion ont été adoptés afin d'assurer une approche qui respecte l'esprit de l'approche écosystémique. Ces 12 principes développés lors de la réunion d'expert au Malawi qui a eu lieu en 1998, sont communément appelés les « Principes de Malawi ». Ceux-ci sont définis sur le site de la Convention sur la diversité biologique comme suit :

Principe 1 : les objectifs de gestion des terres, des eaux et des ressources vivantes sont un choix de société.

Principe 2 : la gestion devrait être décentralisée et ramenée le plus près possible de la base.

Principe 3 : les gestionnaires d'écosystèmes devraient considérer les effets (réels ou potentiels) de leurs activités sur les écosystèmes adjacents ou autres.

Principe 4 : compte tenu des avantages potentiels de la gestion, il convient de comprendre l'écosystème dans un contexte économique. Tout programme de gestion d'écosystème devrait :

  • réduire les distorsions du marché qui ont des effets néfastes sur la diversité biologique ;
  • harmoniser les mesures d'incitation pour favoriser la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique ;
  • intégrer dans la mesure du possible les coûts et les avantages à l'intérieur de l'écosystème géré.

Principe 5 : conserver la structure et la dynamique de l'écosystème, pour préserver les services qu'il assure, devrait être un objectif prioritaire de l'approche systémique.

Principe 6 : la gestion des écosystèmes doit se faire à l'intérieur des limites de leur dynamique.

Principe 7 : l'approche par écosystème ne devrait être appliquée que selon les échelles appropriées.

Principe 8 : compte tenu des échelles temporelles et des décalages variables qui caractérisent les processus écologiques, la gestion des écosystèmes doit se fixer des objectifs à long terme.

Principe 9 : la gestion doit admettre que le changement est inévitable.

Principe 10 : l'approche par écosystème devrait rechercher l'équilibre approprié entre la conservation et l'utilisation de la diversité biologique.

Principe 11 : l'approche par écosystème devrait considérer toutes les formes d'information pertinentes, y compris l'information scientifique (sciences du vivant et sciences humaines) et autochtone, de même que les connaissances, les innovations et les pratiques locales (étudiées en ethnologie).

Principe 12 : l'approche par écosystème devrait impliquer tous les secteurs sociaux et toutes les disciplines scientifiques concernées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents