Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Comprendre l’intérêt de poser la question par écrit dans le Yi Jing

Publié par Risque Sanitaire France sur 5 Mars 2017, 22:24pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo d'une lettre (source: http://www.expression-anglaise.com/wp-content/uploads/2015/04/lettre-en-anglais.jpg)

Photo d'une lettre (source: http://www.expression-anglaise.com/wp-content/uploads/2015/04/lettre-en-anglais.jpg)

Source : extraits du livre « Les rouages du Yi Jing », de Cyrille Javary

 

La question doit être écrite. Il ne s’agit pas d’orthodoxie, mais d’harmonie. En effet, cette interrogation recevra du Yi Jing une réponse qui sera elle-même écrite, et elle aussi le plus souvent formulée avec un verbe d’action. Mais surtout, s’obliger à écrire, donc à réfléchir à ce qui motive la question avec un verbe d’action dont on est le sujet, est déjà une manière de se reprendre, de ne plus uniquement subir ce qui nous arrive mais de se mettre déjà en position d’y remédier.

Il est encore une autre raison qui milite en faveur de la formulation écrite (et datée) de la question : on se donne ainsi la possibilité de pouvoir revenir ultérieurement sur les réponses reçues ; l’idéal étant d’ailleurs de se constituer un cahier personnel de tirage, sorte de journal de bord de sa navigation personnelle sur les flux du changement.

Dans les cas où la question se présente sous la forme d’une alternative, d’un choix entre deux possibilités antagonistes, il faut s’interdire de mettre un « ou » dans la formulation de sa question, puisque cela reviendrait à demander à un livre de prendre une décision à notre place. La solution consiste alors à avoir recours à la méthode de la double question. Cette pratique (en fait une tradition plus ancienne que le Yi Jing lui-même, puisque c’était déjà ainsi qu’étaient organisées les interrogations symétriques sur les carapaces de tortues), consistent à interroger successivement sur chacune des branches du dilemme dans lequel on est enfermé.

En fait, à part les demandes précises d’attitude ou les demandes générales de stratégies, toutes les autres questions posées au Yi Jing peuvent se ramener à une double question sous la forme : faire ceci ? ne pas faire ceci ?

On s’aperçoit à l’usage que la double question amène à considérer une réalité et son contraire sous un jour tout à fait nouveau qui, dès avant la réponse apportée par le Yi Jing est déjà par lui-même fort riche d’enseignements.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents