Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Comprendre qu’une des grandes illusions spirituelles est de penser que les blessures, les difficultés sont des signes d’échecs, alors qu’elles sont le chemin

Publié par Risque Sanitaire France sur 14 Août 2017, 13:58pm

Catégories : #culture de la vitalité

Photo d'un lac (source: https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/docs/FWG/GSC/Publication/665/209/7968/1/82040/1/F_1742484379_06.gif)

Photo d'un lac (source: https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/docs/FWG/GSC/Publication/665/209/7968/1/82040/1/F_1742484379_06.gif)

Une des grandes illusions spirituelles est de penser que les blessures, les difficultés sont des signes d’échec. Elles sont le chemin.

Mettre en cause la forme dévotionnelle ordinaire pour orienter les personnes vers une liberté de pure écoute des autres et de soi-même.

La méditation nous rappelle la bonté.

Sentir en nous une présence plus vaste que nous.

 

Le chemin pour être, est un non chemin. Il ne s’agit pas d’acquérir un autre état d’être, mais de retrouver la dimension la plus profonde de notre propre être, de notre esprit et de notre cœur.

La vérité de notre être est insaisissable, intangible. C’est parce que nous sommes coupés de cet intangible, de ce silence vivant, de cette ouverture, que nous souffrons.

Il ne faut pas pratiquer la méditation pour obtenir quelque chose, la méditation est déjà en elle-même une libération. Le socle de la voie consiste à rencontrer son propre esprit.

Nous ne sommes pas celui que nous croyons, celui que nous voudrions être.

Aucun maître n’a trouvé cette dimension d’ouverture profonde sans un travail soutenu et parfois douloureux. Personne n’a fait l’économie d’un cheminement fait de crises et de défis.

 

La première étape de toute méditation est la découverte de l’ampleur bénéfique du silence, qui délivre des pensées étrangères, du flux d’idées diverses qui nous encombrent. Nous apprenons à voir les pensées et les émotions qui surgissent pour ce qu’elles sont, c'est-à-dire juste des pensées – au lieu de les suivre, de les nourrir, ou de réagir à leurs sollicitations. Nous ne leur accordons aucun crédit. Nous mettons entre parenthèse le contenu des évènements mentaux.

 

La méditation consiste à se mettre à l’écoute de cette présence nue, sans visage, sans contours. Elle est l’union des deux forces : l’attention précise et scrupuleuse à ce qui est tel qu’il est – et qui peut être la respiration, une lettre sacrée, une bougie – et une ouverture plus spacieuse, où chaque chose se montre telle qu’elle est dans une parfaite clarté. La première donne naissance à une paix profonde, la seconde vise à une intelligence entière de ce qui est.

 

La présence est vivante et on ne peut pas séparer le silence de tout mouvement. La récitation répétitive permet de donner à l’esprit un point de repère.

 

L’incantation repose sur deux éléments : poser l’esprit et découvrir le monde vivant de l’âme où chaque voyelle et chaque syllabe est un monde en soi. Le mantra nous apprend à nous établir en une modulation vivante.

La finalité de la récitation d’une formule est de laisser la parole se prononcer d’elle-même.

La bonté nous élève au-dessus de nos espoirs et de nos craintes, et nous fait découvrir une autre réalité, une autre possibilité d’être.

La tentation de faire de toute pratique un exercice qu’il faut réussir est profondément ancrée en nous. Il importe de la surmonter. Seul l’amour nous fait abandonner tout espoir de résultat et de retour sur investissement. Ouvrir son cœur et toucher l’amour infini.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents