Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


Comprendre que c’est dans notre subconscient que s’élabore notre vision de la vie

Publié par Risque Sanitaire France sur 11 Août 2017, 06:59am

Catégories : #culture de la vitalité

Image d'un homme (source: https://www.diamantvoyance.fr/wp-content/uploads/2015/06/11125612_914028988643225_1680049502_n.jpg)

Image d'un homme (source: https://www.diamantvoyance.fr/wp-content/uploads/2015/06/11125612_914028988643225_1680049502_n.jpg)

Source : extraits du livre « La bonne pratique des 5 tibétains », de Jean-Louis Abrassart

 

Lorsque grâce à la concentration sur la respiration et sur le son « Aum » le flot des pensées se ralentit, la préoccupation mentale dominante laisse la place au subconscient, une partie profonde de nous-mêmes qui influence nos comportements et notre vie. Nous en faisons régulièrement l’expérience lorsqu’un rêve nous inspire, qu’une intuition nous surprend ou qu’une parole inattendue de notre part résout une situation. Au-delà de la logique mentale, c’est dans notre subconscient que s’élabore notre vision de la vie, notre perception et notre image de nous-même et des autres, et ceci en fonction de notre expérience passée et de tout ce que nous avons pu ressentir. A la différence de la réflexion mentale concernée par le cortex, notre subconscient met en jeu toutes les composantes du cerveau.

C’est notre subconscient qui intervient si par exemple nous nous retenons de nous exprimer alors que raisonnablement la personne en face de nous nous témoigne de la bienveillance. Peut-être garde-t-il le souvenir d’une réponse blessante que nous avons oubliée. A l’inverse, certaines personnes font preuve d’une assurance étonnante que ne justifient en rien leurs qualités ou leurs connaissances. Notre subconscient peut provoquer une grande peur en nous à la vie d’un bâton que nous prenons pour un serpent, autant qu’il va nous inciter à la prudence face à une personne que nous « ne sentons pas ». Il réagit sans différenciation aux schémas négatifs ou positifs  que nous avons pu enregistrer et qui nous conditionnent. Tout se passe comme si notre subconscient constituait les soubassements de notre personnalité et, comme pour une maison si les fondations n’ont pas été bien réalisées, le reste du bâtiment – édifié par nos pensées conscientes – risque de s’écrouler.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents