Comprendre les risques sanitaires

Comprendre les risques sanitaires

Aide à l'anticipation face à l'incertitude des risques sanitaires avec Risque Sanitaire France


N - Open Data en France et tableaux statistiques

Publié par Risque Sanitaire France

Catégories : #Outils

Carte de l'Europe (source: generation nt)

Carte de l'Europe (source: generation nt)

L'open data a pour objectif de favoriser les entreprises privées du numérique et de concevoir des programmes de prévention par le traitement massive de données de santé et par l'utilisation de l'intelligence artificielle.

L'open data est le futur de la médecine et de la santé publique technicienne.

 

Site de l'open data du gouvernement français:

https://www.data.gouv.fr/fr/

Data.gouv - Thème: santé et social

https://www.data.gouv.fr/fr/topics/sante-et-social/

Données épidémiologiques de santé

https://geodes.santepubliquefrance.fr/#c=home

Bases de données en santé publique:

https://epidemiologie-france.aviesan.fr/epidemiologie-france/catalogue

Banque de données en santé publique:

http://www.bdsp.ehesp.fr/

Observatoire régional de santé - Ile de France

http://www.ors-idf.org/index.php/fr/cartes-et-chiffres-de-sante

Eurocompar

http://www.eurocompar.eu/france.10.country.htm

Base de données de l'observatoire mondial de la santé

http://www.who.int/gho/database/fr/

Données de l'OCDE

https://data.oecd.org/fr/

Eurostat

http://ec.europa.eu/eurostat/

Data.gouv - décès par cause

https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/deces-par-cause/

Statistiques du ministère de l'environnement

http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/

Statistiques mondiales

http://www.statistiques-mondiales.com/

Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES)

http://www.irdes.fr/EspaceEnseignement/ChiffresGraphiques/Cadrage/IndicateursEtatSante/IndicateursMortalite.htm

Données de la banque mondiale

http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SP.DYN.CDRT.IN

Données de l'Institut national du cancer

http://lesdonnees.e-cancer.fr/les-fiches-de-synthese/29-incidence-mortalite/38-ensemble-des-cancers/22-epidemiologie-des-cancers-en-france-metropolitaine-incidence-et-mortalite.html

Cause de décès - base de données CPIDC

http://www.cepidc.inserm.fr/inserm/html/index2.htm

INSEE - décès, mortalité, espérance de vie

http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=2&sous_theme=4&nivgeo=0&type=2&produit=OK

INSEE - bases de données

http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/

Données institut national d'études démographiques (INED)

https://www.ined.fr/fr/publications/donnees-statistiques/

DREES - santé, protection sociale

http://www.data.drees.sante.gouv.fr/ReportFolders/reportFolders.aspx?sCS_referer=&sCS_ChosenLang=fr

Bases de données et outils - Institut de veille sanitaire (InVS)

http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/Bases-de-donnees-et-outils

 

La sécurité sociale - améli

Données statistiques

http://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/index.php

Etudes en santé publique

http://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/etudes-en-sante-publique/index.php

Cartographie des pathologies et des dépenses

http://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/etudes-en-sante-publique/cartographie-des-pathologies-et-des-depenses/presentation-et-principaux-resultats.php

SNIIRAM

http://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/sniiram/finalites-du-sniiram.php

Numérique, intelligence artificielle et évolution de la société

 

Entre les discours sur le travail que vous proférez et les preuves objectives, un gouffre s’est creusé. Les tâches les plus variées nous échappent chaque jour au profit des machines, et pourtant vous érigez encore l’emploi en garant de tous nos droits et de notre bonheur. Aujourd’hui, votre discours a perdu le ton enjoué du siècle dernier et s’est teinté d’intonations culpabilisantes, moralisatrices, prescriptrices. Il faut travailler à tout prix, dites vous, car l’effort mène au salut psychologique et social tandis que l’inactivité condamne notre société à l’assistanat permanent.

 

La vision politique de la société industrialiste est enfermée dans une logique héritée du XIXe siècle : gestion de la rareté, concentration sur les processus de production et de distribution, spécialisation des tâches, contrôle et programmation des activités. Pourtant, aujourd’hui, la gestion de l’abondance, de l’obsolescence, l’importance de la transaction, le pilotage et la catalyse sont l’essence même de la société numérique collaborative. Il convient donc de favoriser tout ce qui améliore la densité des interactions et des transactions : désynchronisation des tâches dans le temps, délocalisation des activités, réorganisation des lieux de travail, diversification des fonctions, valorisation de l’expérience.

 

La pensée cartésienne, analytique, linéaire, séquentielle et proportionnelle, partagée par tant de politiques et d’industriels formés aux mathématiques et au droit, appartient à l’ancien paradigme. La culture de la complexité, qui est partie intégrante du nouveau paradigme, se réfère à la pensée systémique, au non-linéaire, au multidimensionnel et à la culture numérique transgénérationnelle. Elle intègre la dynamique due aux effets d’amplification.

 

Des personnes ont compris que l’évolution exponentielle allait conduire les machines à devenir de plus en plus intelligentes, et les robots de plus en plus interdépendants. Elles imaginent même qu’ils seront capables de s’autoreproduire et de se co-éduquer, atteignant le point de singularité. Il s’agit d’un point qui se situe autour de 2040-2050 et à partir duquel les machines deviendraient plus intelligentes que les humains. Elles seraient alors non plus de simples assistants ou outils, mais pourraient constituer un facteur déterminant de l’évolution de l’humanité.

Cependant, ces pionniers ont tort de penser que les mutations biologiques du cerveau se feront beaucoup plus lentement que les évolutions des ordinateurs et des robots. Cette erreur s’explique par le fait qu’ils n’ont pas encore intégré l’approche biologique résultant du mariage de la biologie et de l’informatique. Ils n’ont pas saisi l’opportunité d’une association entre les cerveaux humains, les robots et l’IA : intégrés dans un tout, ils peuvent former une sorte d’organisme vivant. Même composé de biologique, de mécanique, d’électronique et de numérique, cet organisme hybride cerveaux/robots reste vivant et susceptible d’une évolution exponentielle elle-même aussi rapide, sinon plus, que celle des ordinateurs et des robots.

 

L’alternative est la suivante : ou bien le pouvoir nous échappe parce qu’il est récupéré par l’IA et les robots, ou bien nous devenons de plus en plus puissants et efficaces, mais de moins en moins humains. C’est la brèche entrouverte par les adeptes du transhumanisme.

 

Stephen hawking a déclaré que nous devions développer au plus vite des techniques rendant possible une connexion directe entre le cerveau et l’ordinateur afin que les cerveaux artificiels contribuent à l’intelligence humaine au lieu de s’y opposer.

Il a alerté l’humanité sur les dangers de l’IA, qui risquant de dépasser celle des êtres humains d’ici à quelques décennies, menace de les faire disparaitre.

 

La représentation graphique d’informations en temps réel va devenir un outil quotidien sociétal.

Nous nous dirigeons vers des sociétés de la connaissance. Au cours des dix à quinze prochaines années, l’échange matériel va se poursuivre et être complété par l’échange des connaissances, de savoir-faire et d’informations.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents